Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Passionnée et épicurienne, J'aime les voyages, les escapades, découvrir des villages de caractère, la photo, l'histoire de France, la généalogie, la lecture, le cinéma, la musique, la marche, le vélo, la gastronomie, m'occuper de mes petits-enfants, et plein d’autres passions, la liste est longue…

20 Aug

BAGNOLES DE L'ORNE NORMANDIE

Publié par CHANTALE

BAGNOLES DE L'ORNE NORMANDIE

 ESCAPADE A BAGNOLES DE L'ORNE NORMANDIE 61

 

« Bagnoles de l’Orne, la perle de la « Belle Époque »

 

Une très jolie station thermale au cœur d’un patrimoine naturel et architectural d’une incroyable richesse. 

Là où je suis née, et où je retourne régulièrement.


SON HISTOIRE…

Bagnole de l’Orne est une station thermale dont les eaux sont connues depuis l’antiquité. Elle a explosé touristiquement parlant au XIXème siècle, avec l’arrivée des premiers curistes de la haute et riche bourgeoisie industrielle. Elle fut ensuite imitée par les aristocrates. C’est la ville où il faut alors être vu, on y construit des maisons à l’image de ce que l’on est, ou on loge dans un Grand Hôtel (un Palace de 200 chambres à l’époque, avec eau chaude, électricité et tout le confort moderne) tout en s’amusant au Casino… aux casinos devrais-je dire.

Car dans l’entre-deux guerres, un milliardaire américain, fou de jeu, Frank Jay Gould décide de faire de ce lieu de villégiature proche de Paris la nouvelle Monaco du Nord. Un casino avait déjà été construit mais Frank Jay Gould qui vient de racheter le Grand Hôtel veut son propre casino en face, sur le lac. Il supplantera le premier et c’est lui que l’on voit aujourd’hui faire face à ce qui reste du grand Hôtel, une résidence d’appartements privés.

La belle époque à Bagnoles de l’Orne.

Bagnoles de l’Orne garde de nombreux vestiges de cette époque: de belles maisons construites en nouveau quartier ornent une colline derrière les thermes: le quartier Belle Époque. Ce quartier doit sa sortie de terre à Albert Christophle, avocat, homme politique, député de l’Orne et gouverneur du Crédit Foncier. Il a réellement créé Bagnoles: sous son impulsion, la colline proche des thermes se construit de villas qui doivent impérativement suivre un cahier des charges: les maisons seront emblématiques de la nature environnante: elles doivent être construites en matériaux naturels et locaux (bois, pierre et fer), elles doivent avoir du volume (comme les arbres de la forêt: elles sont dotées de tourelles, de balcons, de perrons élevés, de fenêtre en encorbellement, faisant saillie sur un mur de façade appelé bow windows), elles doivent s’orner des couleurs de la région: le bleu de l’eau, le jaune de l’air, le rouge de la terre et le vert de la forêt. Emblème de la réussite des curistes, les villas rivalisent d’ornements. Deux entrepreneurs se font la guigne de part et d’autre de la place centrale de ce quartier et construisent une villa témoin avec pléthore d’artifices. La ville qui, avec l’arrivée du Chemin de fer avant la Première Guerre Mondiale, s’est très rapidement étendue, a « avalé » les communes limitrophes: Tessé La Madeleine, Couterne et la Ferté Macé. Du coup, la mairie de Tessé est devenue celle de la commune Bagnolaise…

Bagnoles de l’Orne, entre histoires et légendes.

Le château de Tessé a été acheté par la famille Goupil, après la Révolution, une fois fortune faite… Or l’on dit que la famille Goupil qui a disparu au moment de la Révolution était au service du seigneur des lieux… et aurait habilement subtilisé le coffre au trésor de son maître. Le château resta dans la famille (on se maria entre soi pour garder l’héritage) jusqu’en 1922, date à laquelle il fut racheté par Madame Duval, une parisienne qui prenant les eaux à Bagnoles, voulait y créer un hôtel. Elle ne le fit jamais mais organisa fêtes et fastueuses réceptions. Frank Jay Goupil voulut lui racheter le château mais elle refusa toujours, même devant un chèque en blanc! Elle quitta cependant le château en 1940 et celui-ci connut des fortunes diverses jusqu’à ce que la commune puisse le racheter grâce à la donation d’un médecin de la ville, le Dr Peyré. Ainsi ce château devint la nouvelle Mairie de Bagnoles de l’Orne.

Des Histoires, il y en a mille dans cette ville: des légendes autour de l’eau miraculeuse qui permit à Rapide, le cheval de Sire Hugues , seigneur de la Ferté, de Tessé et de Couterne, de retrouver sa jeunesse après plusieurs bains. Eaux qui rendirent également au Seigneur Essirard, vieux marié à une jeune dame, de retrouver sa vigueur d’antan et de lui faire 10 enfants!

Et puis il y a aussi les histoires vraies qui rappellent les légendes: le pavillon suédois de l’exposition universelle qui fut déconstruit et reconstruit à Bagnoles. La tour construite sur les vestiges du château du Seigneur Essirard et qui a la forme d’un… phallus. Le Dolmen dit Lit de la Gionne, qui aurait été construit par la fée pour lui servir de couche. La Tanière, maison de Sophie Herminie de Lespinay, dont la girouette est un diable tirant la langue, et qui était gardée par un loup en guise de chien. Le coin regorge de lieux et d’histoires… à rêver debout !

 

Lieux emblématiques et incontournables à ne pas manquer


Le lac et le casino de Bagnoles de l’Orne

 

Le Château Néo-Renaissance avec son magnifique Parc Arborétum

Le quartier Belle Époque

 

Les Thermes

 

La Forêt d’Andaines

 

Le site du Roc au chien

 

Le Prieuré de Saint-Ortaire

 

Le chêne Hippolyte

 

Hippodrome de Bagnoles de l’Orne

 

La tour de Bonvouloir (sur la commune de Juvigny d’Andaines)

Commenter cet article

À propos

Passionnée et épicurienne, J'aime les voyages, les escapades, découvrir des villages de caractère, la photo, l'histoire de France, la généalogie, la lecture, le cinéma, la musique, la marche, le vélo, la gastronomie, m'occuper de mes petits-enfants, et plein d’autres passions, la liste est longue…